Choisissez le bon onduleur pour votre domicile ou votre entreprise

Qu’est-ce qu’un onduleur, également appelé UPS (Uninterruptible Power Supply) ?

l'onduleur permet d'éviter les pics de tension électrique

L’onduleur protège le matériel de nombreux phénomènes électriques

Grâce à ses batteries, l’onduleur est une source de courant que l’on doit brancher au secteur. Viennent s’y greffer vos équipements branchés sur l’appareil. L’onduleur garantit la protection de l’alimentation électrique de vos équipements électroniques connectés au réseau électrique, lorsque surviennent :

  • Les coupures : l’onduleur va maintenir la tension à 230 Volts grâce à ces batteries,
  • Les chutes de tension : il va remonter la tension à 230 Volts,
  • Les surtensions : il va faire baisser la tension à 230 Volts,
  • Les pics : il lisse la courbe de tension de sortie en supprimant les pics de tension,
  • Les bruits : il va filtrer les interférences électromagnétiques (EMI) et radio (RFI),
  • Les distorsions : il va reformer la courbe sinusoïdale de la tension en filtrant en permanence le courant produit.

L’onduleur prend instantanément le relais en alimentant les équipements sensibles, les protégeant contre les surtensions, permettant ainsi la sauvegarde de vos données et une extinction propre des équipements. Appelé également UPS (Uninterruptible Power Supply) ou ASI (Alimentation Statique sans Interruption), cet appareil est aussi bien utilisable chez soi qu’au sein d’une entreprise.

L’importance d’avoir un onduleur à son domicile

Pour communiquer, sécuriser son logement, ses loisirs : nous disposons de nombreux dispositifs électroniques (ordinateurs, téléviseurs, systèmes de sécurité, consoles de jeu, appareils mobiles, modem, etc.) dans notre domicile. En cas de coupure imprévue, de perturbations et autres fluctuations électriques, l’onduleur fournit la puissance nécessaire pour permettre d’éteindre ses appareils en toute sécurité.

L’importance d’avoir un onduleur dans son entreprise

Demandez conseil à Sodibur, partenaire des UPS Legrand

Demandez conseil à Sodibur, partenaire des UPS Legrand

Pour une entreprise, toute panne de courant est synonyme de perte de productivité, donc d’argent. Selon les spécialistes, les arrêts de travail à cause de perturbations électriques représentent des milliards de dollars de perte chaque année. Les petites et moyennes entreprises sont les plus touchées par ces pertes financières, car dépendantes en permanence de leur matériel pour fonctionner. Là encore, l’onduleur est la solution idéale pour éviter de telles situations.

Choisir la bonne capacité

Les appareils électroniques possèdent une valeur maximale en watts, liée à la puissance réelle utilisée par un équipement et en volts-ampères (VA), correspondant au produit de la tension appliquée à l’équipement multipliée par le courant utilisé par l’équipement. Ces deux valeurs ne doivent jamais être dépassées par l’équipement raccordé. Ainsi, il est essentiel de choisir un onduleur qui délivrera une puissance de 20 à 25 % supérieure à la puissance totale utilisée par les équipements, afin de les protéger de manière adéquate. Demandez conseil à votre revendeur.

L’autonomie idéale

Quels équipements seront protégés par votre onduleur ? Concernant l’autonomie de ce dernier, il s’agit de la durée durant laquelle votre UPS alimentera les éléments connectés durant une coupure ou une fluctuation de courant. Dans la pratique, plus il y a d’appareils connectés à l’onduleur, moins vous aurez d’autonomie électrique. Pour optimiser votre installation, un revendeur vous aidera à choisir l’onduleur capable de fournir une alimentation de secours uniquement à vos équipements les plus critiques.

Représentant officiel des marques STX et Legrand, testée par nos équipes, approuvée par nos clients, nos solutions sont aussi bien adaptées aux besoins domestiques, professionnels et industriels.

C’est un secret pour personne, les batteries ont une durée de vie limitée, aussi, il est important de les entretenir pour ne pas avoir à effectuer un changement de dernière minute. Or, la durée de vie de la batterie d’un UPS dépend de certains facteurs, qui varient selon les conditions d’utilisation de votre matériel et de la fréquence des entretiens et maintenance. Comment faire lorsque l’on sait qu’il peut être très difficile de déterminer la durée de vie d’une batterie, quelle qu’elle soit ? Voici une liste de facteurs à prendre en compte pour préserver la longévité de votre onduleur.

La batterie et la chimie

La batterie d'onduleur doit être entretenue

La batterie, élément central de l’onduleur

Le fabricant choisissant lui-même la composition chimique de sa batterie, celle-ci ne peut être modifiée de quelque manière que ce soit par l’utilisateur. Il est donc essentiel de lire et d’appliquer les conseils et recommandations du fabricant quant au stockage, à l’entretien de votre batterie d’onduleur : c’est la première règle !

Une température ambiante contrôlée

Idéalement, pour fonctionner de manière optimale, la batterie d’un onduleur doit se trouver dans un environnement dont la température est de 25 °C. Toute modification peut avoir une incidence sur le bon fonctionnement de cet élément, mais également sur sa durée de vie. Au fil du temps, si la température augmente pour dépasser les 25 °C, cela réduira la durée de vie de la batterie de 50 % !

La fréquence des pannes de courant

De nombreuses coupures électriques dans votez zone ?

Dans quelle type de zone se trouve votre matériel ?

Neuve, la batterie de l’onduleur possède une capacité nominale de 100 %. Le rôle de l’onduleur étant de prendre le relais en cas de panne de courant, une fois ce dernier rétabli, la batterie se rechargera automatiquement. Cette action a un impact sur la durée de vie de la batterie, qui se réduit à chaque cycle de charge. Si votre matériel est situé dans une zone avec des coupures de courant fréquentes, sachez que cela n’est pas sans effet sur la durée de vie de la batterie de votre UPS.

Une maintenance régulière des batteries

Si votre entreprise est équipée de grands modèles d’onduleurs, il est essentiel de pratiquer un entretien et une maintenance sur des bases régulières. Pour garantir un fonctionnement fiable et durable, prolonger la durée de vos batteries, vous éviterez ainsi la corrosion (en ajoutant du fluide spécialement dédié) et surtout les connexions défectueuses.

Mettez en place une procédure complète afin de pointer et de remplacer les batteries défectueuses en notant bien que les modèles scellés ont également besoin d’entretien périodique.

 

Représentant officiel des marques STX et Legrand, testée par nos équipes, approuvée par nos clients, nos solutions sont aussi bien adaptées aux besoins domestiques, professionnels et industriels.

Même s’il est là pour prendre le relais en cas de pannes de courant, s’il n’est pas associé à son logiciel de gestion, l’onduleur n’est pas exploité à sa juste valeur, notamment pour stabiliser la tension électrique et éliminer les parasites électriques. Vous l’aurez compris, onduleur et logiciel de gestion font la paire.

Un logiciel essentiel pour sauvegarder vos données et systèmes d’exploitation

À l’achat de votre onduleur, vous remarquerez que ce dernier est livré avec un logiciel de fermeture automatique (ou à télécharger), à installer sur l’ordinateur relié à l’onduleur. Ce logiciel est essentiel dans la mesure où il est destiné à la gestion de l’énergie. En effet, lorsque survient une panne de secteur, il prendra en charge la fermeture automatiquement de tous les programmes tout en ayant effectué les sauvegardes nécessaires.

Le logiciel de fermeture automatique est donc un élément essentiel, sans lui, l’onduleur fonctionnera, mais pas de manière optimale.

Comment fonctionne le logiciel pour onduleur ?

Le logiciel livré avec l’onduleur a pour mission de garantir l’intégrité de votre matériel et de vos systèmes d’exploitation lors d’une coupure de courant : tous seront arrêtés proprement, de manière ordonnée en cas de nécessité.

Il sert également à donner un aperçu complet de l’activité de votre onduleur et de la manière dont il se comporte au cours de son utilisation. Certains logiciels préviennent leurs utilisateurs grâce à une alarme sonore ou une alerte visuelle qui peut :

  • s’afficher sur un écran,
  • être envoyé par email,
  • envoyé par SMS

Le logiciel de fermeture de l’onduleur réagit aux incidents. Pour cela, il arrête automatiquement les systèmes externes, tels que les réseaux et les systèmes de gestion des bâtiments.

Différents types de logiciels

Notez également que certains logiciels permettent aux utilisateurs d’évaluer le statut des onduleurs depuis un ordinateur ou tout autre appareil connecté à internet à travers un réseau et doté d’un navigateur. Ils peuvent stocker les enregistrements d’événements électriques, les données importantes de l’onduleur. Ces informations sont essentielles lorsqu’il faut retracer tout problème d’alimentation.

Certains logiciels de gestion d’onduleur centralisent les alarmes, organisent les informations d’affichage pour une meilleure personnalisation, et conservent des journaux centralisés pour tout le parc des équipements dont l’utilisateur a la charge.

Des logiciels pointus pour des utilisateurs à la recherche de l’excellence

Particulièrement sophistiqués, certains logiciels peuvent être associés aux gestionnaires de machines virtuelles (vCenter, SCVMM, et XenCenter, pour ne citer que ces références). En procédant ainsi, en cas de panne électrique, l’utilisateur qui migre en temps réel des machines virtuelles bénéficie de fonctionnalités complémentaires telles qu’une disponibilité à 100 % des applications.

Sans protection et une bonne gestion de l’alimentation électrique, les machines virtuelles et les serveurs physiques ne bénéficient pas d’un environnement sécurisé, menaçant ainsi grandement la productivité. Il existe à ce jour des logiciels de gestion dédiés aux environnements virtualisés, capables d’arrêter correctement de nombreuses machines virtuelles et hyperviseurs, compatibles avec ESXi et vSphere de VMware, ainsi qu’avec Hyper-V de Microsoft.

N’hésitez pas à poser toutes les questions qui vous viennent à l’esprit à votre fournisseur : le logiciel de gestion d’énergie est-il compatible avec les appareils dotés d’une interface réseau qui comprend onduleurs, capteurs d’environnement, et unités de distribution de l’énergie ? Permet-il de contrôler les segments de charge sur les onduleurs équipés de cette fonctionnalité ? Vous serez ainsi en mesure de contrôler votre parc informatique et de gérer sans une once de stress toute panne de secteur.

L'histoire de Legrand

Legrand est un groupe industriel français implanté à Limoges dans le Limousin depuis sa création. Il s’agit d’un des leaders mondiaux des produits et systèmes pour installations électriques et réseaux d’information. L’entreprise a vu le jour en 1865 avec l’installation d’un atelier de porcelaine de Limoges route de Lyon à Limoges.

Retour sur les origines de Legrand

En 1860 la route de Lyon à Limoges voir arriver un atelier de porcelaine de Limoges. 1919, la société s’associe avec Jean Mondot, artisan de Limoges et fondateur d’Exideuil, une petite usine d’interrupteurs utilisant du buis et de la porcelaine. En 1944, Édouard Decoster et Jean Verspieren, son beau-frère, reprennent l’affaire pour diversifier progressivement la fabrication dans le matériel électrique. À cette époque, avant l’apparition du plastique, la porcelaine faisait office de meilleur isolant.

L’année 1949 marque un premier tournant, après l’incendie de l’usine. La direction décide alors de se concentrer uniquement sur la production d’appareillage électrique d’installation. Au fil des mois, la production s’élargit pour couvrir la protection (coupe-circuit, disjoncteurs…), du cheminement de câbles (goulotte, moulure électrique…) et de l’éclairage de sécurité.

Legrand conquiert le monde au fil du temps

  • La Belgique, première destination de Legrand, qui y ouvre ouvre sa première implantation hors de France en 1966. Quatre ans plus tard, Legrand réalise sa première introduction en bourse à Paris.
  • Le développement continue, pour sortir le groupe d’Europe cette fois-ci, avec le rachat de Pial au Brésil en 1977.
  • En 1980 et 1982, Arnould et Planet-Wattohm rejoignent le groupe.
  • En 1984, par le biais du rachat Pass & Seymour, Lafarge pose ses valises aux États-Unis.
  • En 1989 le groupe rachète Bticino, leader italien du matériel électrique.
  • Baco et Tenby sont acquis en 1992, Kontavill en 1993, RTGamma en 1995.
  • En 1991, Legrand se concentre sur le design à travers une structure dédiée et intégrée dans le processus de développement des produits.
  • En 1996, le groupe se tourne vers les pays émergents avec l’acquisition de Fael en Pologne, Luminex en Colombie, The Watt Stopper aux USA et MDS.
  • En 1997 et 1998, Legrand rachète URA-Saft et Ortronics, un des leaders américains du câblage structuré et du VDI.
  • En 2000, il acquiert Wiremold aux États-Unis. Cette opération permet au groupe de doubler de volume aux USA. La même année, Legrand rachète Quintela et Tegui en Espagne et Lorenzetti au Brésil.
  • En 2005, c’est au tour d’ICM GROUP leader mondial du chemin de câbles en fil et de ses marques KZ et Cablofil d’être rachetés par Legrand.

L’expansion du Groupe Legrand ne s’arrête pas en si bon chemin, avec, par exemple, en juin 2017, l’acquisition de Milestone AV technologie, entreprise américaine spécialisée dans les installations multimédias, pour 1,2 milliard d’euros. Le même mois, Legrand acquiert Server Technology, une entreprise américaine pour un montant non dévoilé.

Legrand-hier-à-aujourd'hui

Entreprise Legrand à Limoges © Archive Le Populaire du Centre

Legrand innove en permanence

Composante clé de son développement, l’innovation rassemble plus de 2 000 personnes les bureaux d’étude et de design de Legrand. D’ailleurs, le groupe consacre annuellement près de 5 % de son chiffre d’affaires à la R & D, avec plus de 4 000 brevets actifs. Par exemple, en 2011, les nouveaux produits ont représenté 38 % des ventes du Groupe !

Le groupe vit avec son temps et adapte ses offres. La meilleure illustration de cette volonté s’appelle Eliot, le programme lancé en 2015 et dont le nom est issu de la contraction electricity et iot. Le but est d’accélérer le développement de son offre connectée (notamment commande à distance et maintenance de ses produits, l’éclairage de sécurité, la domotique, l’efficacité énergétique ou la diffusion sonore).

Tant de chemin parcouru depuis 1865 pour cette entreprise française en 153 ans. Legrand est solidement installé dans le paysage français, mais également international. Devant une telle réussite, on ne peut que se demander ce que le Groupe prévoit pour les prochaines années.

Sodibur est distributeur officiel des UPS Legrand à Maurice depuis 2016. Adoptant une approche respectueuse de l’environnement et prenant en compte un marché en constante évolution, Legrand propose une gamme d’onduleurs assurant une continuité de service maximale pour toutes vos installations.

Onduleur Legrand, distribué par Sodibur Maurice

Sodibur est distributeur officiel des UPS Legrand à Maurice depuis 2016

Onduleur Legrand, distribué par Sodibur Maurice

L’idée de devoir choisir un onduleur peut être intimidante, toutefois, avec quelques connaissances de base, une idée précise des défaillances auxquelles vous souhaitez être paré, votre activité, l’exercice se révélera bien plus simple qu’il n’y paraît.

Qu’est-ce qu’un onduleur ?

Un onduleur est destiné à protéger les équipements électroniques et informatiques, ces derniers étant sensibles aux coupures électriques et aux baisses de tensions. En effet, toute coupure ou baisse de courant alors que l’ordinateur est en train d’écrire des données sur un disque dur, ou pendant la lampe d’un vidéoprojecteur est refroidi par le ventilateur peut être particulièrement problématique. Le rôle de l’onduleur est justement de protéger ce genre de matériel durant les coupures et autres inconstances.

L’onduleur se branche au secteur. Il contient une batterie qui cumule l’énergie, redistribué par la suite lors des défauts d’alimentations. Concrètement, l’onduleur transforme le courant continu de sa batterie en courant alternatif afin d’alimenter les appareils qui y sont raccordés. L’onduleur contient également un étage électronique de régulation de la tension. Ainsi, il peut filtrer les parasites, compenser les écarts de tensions ou même supprimer les surtensions.

Choisir son onduleur

Combien d’appareils seront connectés à votre onduleur ? Quelle sera la somme de la consommation de tous les appareils que l’on va lui connecter ? Voici les premiers critères à prendre en compte pour choisir le bon onduleur.

Ainsi, la puissance d’un onduleur est exprimée en V.A., ou en Volts Ampères, il faut donc calculer la consommation totale des appareils qui seront connectés à l’onduleur et sa puissance en VA correspondante. En général sur le matériel informatique, la consommation étant exprimée en Watts et pour convertir des Watts en V.A., on peut utiliser cette formule approximative : Nombre VA = Nombre de Watts /0.66.

Conversion Watt en VA

  • Pour 1 PC classique : 200 Watts de consommation soit 300 VA de puissance
  • Pour 1 PC Serveur : 250 Watts de consommation soit 350 VA de puissance
  • Pour 1 Écran standard : 90 Watts de consommation soit 150 VA de puissance

Pourquoi choisir un onduleur ?

Pour faciliter l’achat de votre onduleur, il faut se demander contre quel type de défaillance électrique vous cherchez à prémunir votre matériel et de quelle façon l’onduleur peut répondre à votre problématique.

Quelques cas de figure…

Les chutes de tension : contre les chutes de tension, il vaut mieux miser sur un onduleur IN-LINE ou ON-LINE qui va offrir une régulation automatique de voltage (AVR) en remontant la tension jusqu’à la tension nominale, soit 230 V (Boost).

 

Comment choisir son onduleur ?

Les surtensions : un onduleur IN-LINE ou ON-LINE permettra la régulation automatique de voltage (AVR) en abaissant la tension jusqu’à la tension nominale, soit 230 V (Buck).

Les coupures électriques : l’onduleur IN-LINE ou ON-LINE palliera l’absence de courant du réseau en alimentant grâce à ses batteries les appareils connectés.

Les pics de tension : l’onduleur IN-LINE ou ON-LINE procédera à la régulation automatique de voltage (AVR) / Parafoudre en lissant la courbe de tension de sortie, supprimant les pics de tension.

Les bruits : l’onduleur IN-LINE ou ON-LINE filtrera les interférences électromagnétiques (EMI) et radio (RFI)/.

Les distorsions : seul l’onduleur ON-LINE est capable de répondre à ce genre de problématique en reformant la sinusoïdale de la tension. Le courant produit est filtré en permanence.

Quelle utilisation d’un onduleur ?

L’activité de votre structure est déterminante pour choisir un onduleur parmi les 3 catégories d’onduleurs existantes.

Les onduleurs OFF-LINE : ce type d’onduleur possède un champ d’utilisation relativement réduit du fait de sa technologie basique et son temps de commutation trop long. Vous pouvez toutefois l’utiliser dans le cadre d’activités bureautiques basiques.

 

Comment choisir son onduleur ?

Les onduleurs IN-LINE : l’onduleur in-line est en réalité un onduleur off-line équipé toutefois d’un régulateur de tension. Ce dernier va compenser les défauts du signal d’entrée et permettre le basculement sur la batterie en moins de 2 millisecondes lorsque le besoin se fait sentir. Cette régulation protège le matériel, sollicite moins la batterie, prolongeant sa durée de vie. L’onduleur in-line est particulièrement recommandé pour protéger les équipements sensibles connectés à des réseaux victimes d’une tension instable avec des chutes et des microcoupures. Meilleur marché que son pendant on-line, avec de meilleures performances, l’onduleur in-line est idéal pour protéger les serveurs informatiques des petites entreprises, des NAS, les environnements électriques urbains, applications bureautiques, jeux et activités multimédias, périphériques (fax, imprimantes, scanner, modem, etc.), grâce à son pilotage par microprocesseur, son temps de commutation court et sa grande polyvalence.

Les onduleurs ON-LINE : l’onduleur on-line produit en permanence du courant alternatif à partir de la batterie, cette dernière étant d’ailleurs chargée en permanence à partir du secteur. S’il arrive que la tension chute à l’entrée de l’onduleur, la batterie se contentera de se recharger moins vite, voire, plus du tout. Toutefois, à la sortie cette même tension reste stable, qui, couplée à un temps de commutation inexistant permet de protéger tous les équipements sensibles qui doivent rester alimentés en toutes circonstances et dont la perte est inenvisageable. Reconstitution permanente du courant, temps de commutation nul pour un signal pur et régulé, l’onduleur on-line est parfait pour protéger les serveurs informatiques des grosses entreprises et qui ne doivent défaillir à aucun moment, les équipements médicaux dont dépend l’état de santé des patients, tout environnement électrique, électronique sensible, serveurs et applications de gestion, applications industrielles.

 

On appelle parasite un signal électrique qui ne fait pas partie du courant électrique tel qu’il a été produit par un circuit électrique ou électronique. Dans la plupart des cas, ces parasites sont issus des courants électriques provenant de multiples sources : éclairage au néon, téléphone portable, télévision, etc.Ils créent des ondes électromagnétiques capables de se propager dans les matériaux isolants. Si les parasites électriques sont source de nuisance sonore et peuvent affecter le matériel concerné, il est possible de les atténuer, voire de les faire disparaître. Avant toute chose, il est essentiel de localiser leur origine.

Localiser et éliminer la provenance des parasites électriques

Comme indiqué dans l’introduction, les parasites peuvent provenir de diverses sources, telles que les téléphones portables, téléviseurs, éclairages au néon, pour ne citer que ces éléments. S’il peut être difficile d’éliminer totalement les parasites électriques, il est possible de les diminuer.

Pour diminuer les parasites électriques, quelques recherches s’imposent :

Toutes les parties métalliques sont-elles bien connectées à la terre ?

Chaque partie métallique peut devenir une antenne en puissance, propageant des parasites dans une installation électrique. Lorsqu’on parle de partie métallique, il peut s’agir par exemple d’une lampe halogène décorative, en grande partie métallique, qui a été posée à proximité de la télévision.

Avez-vous pensé à installer des filtres ?

Le filtre est un élément composé de selfs avec inductance et de condensateurs capable de bloquer les parasites de haute fréquence (HF). En quelque sorte, il « lisse » la tension pour délivrer un signal compatible avec les équipements électroniques sensibles. Ainsi, ils peuvent être doublement bénéfiques pour les équipements fragiles tels que les ordinateurs. Tout en protégeant les appareils sensibles, les filtres les empêcheront de perturber l’ensemble de votre réseau électrique.

Les fils de capacité différente sont-ils dans des gaines bien séparées ?

Au lieu de placer parallèlement les gaines de capacités différentes, il est préférable de les croiser une fois. Il en va de même si vous avez des fils de capacité différente qui passent par une seule et même gaine. Chaque fil doit avoir sa propre gaine.

Avez-vous choisi les bons équipements ?

Le label CE est la garantie d’un équipement électrique qui n’émettra quasiment pas, voire pas du tout, de parasites électriques.

Concernant l’utilisation des néons, étant donné leur forte propension à émettre des parasites électriques, il est préférable de les changer au profit des ampoules halogènes.

Ces éléments en main, la traque des sources de parasites électrique devient un peu plus facile. Toutefois, cela ne doit pas empêcher les victimes de cette forme d’avarie de demander le contrôle d’une bonne mise en terre de toutes les parties métalliques.

 

distorsion éléctrique

L’énergie électrique est distribuée sous forme de trois tensions sinusoïdales constituant le réseau triphasé équilibré. Selon leurs caractéristiques d’entrée, certaines charges peuvent perturber cette distribution.

Le taux d’harmoniques (abrégé THD, Total Harmonic Distortion, en anglais) est un indicateur de la qualité du traitement du signal dans un appareil. Il s’agit plus précisément d’une mesure de la linéarité du traitement du signal effectuée en comparant le signal en sortie d’un appareil à un signal d’entrée parfaitement sinusoïdal. Le taux d’harmoniques s’exprime en pourcentage.

Avec l’utilisation accrue depuis quelques années de matériel tel que les ordinateurs, télécopieurs, lampes à décharge, fours à arc, chargeurs de batterie, onduleurs, alimentations électroniques, on constate une forte augmentation des charges non linéaires connectées au réseau électrique. Ces charges non linéaires obligent le réseau à générer un courant déformé, lequel va modifier l’allure de la tension sinusoïdale. Ce courant a des effets négatifs sur une très grande partie des composantes du système électrique, créant ainsi de nouvelles contraintes diélectriques, thermiques et/ou mécaniques.

Symptômes et conséquences des harmoniques

Dans le domaine industriel, tertiaire et domestique, les sources de perturbation sont essentiellement :

  • Les systèmes possédant des inductances à noyau de fer en régime saturé
  • Les fours à arc
  • Les dispositifs électroniques de puissance.

La présence d’harmoniques perturbe les autres charges, même linéaires, connectées aux bornes de
la même source de tension. Ainsi, les charges en questions risquent de ne plus être alimentées dans
des conditions satisfaisant aux besoins de tension exigée.

Les autres conséquences possibles sont :

  • Échauffement du câble de neutre
  • Disjonctions principales intempestives
  • Disjonctions différentielles intempestives
  • Valeurs des courants efficaces plus élevées que celles nécessaires pour les besoins énergétiques de la charge
  • Surchauffe des installations (transformateur, câbles…)
  • Résonance en tension sur un système composé de condensateurs destinés à relever le facteur de déplacement

Détecter la présence d’harmoniques dans un système électrique

Les courants harmoniques qui circulent dans le système électrique provoquent des baisses de tension harmonique. Elles se présentent sous la forme de distorsion harmonique en tension. Pour déceler la présence d’harmoniques, on calcule le THD de deux manières :

  •  En tension (apparaît à la source)
  • En courant (dû aux charges).

Concrètement, lorsque le THD est égal à zéro, il n’y a pas d’harmoniques sur le réseau !

Pour conclure sur les harmoniques

Étant générées par la charge, les harmoniques de courant ne peuvent être supprimées. Afin d’éviter qu’elles remontent sur la totalité du réseau, il est nécessaire de les confiner au plus près des charges polluantes. Pour cela, on peut mettre en place un système de filtrage ou d’isolement (transformateurs), qui limitera notamment la dégradation de l’énergie. Les harmoniques maîtrisés signent la disparition des pertes de puissance qui y sont associées, mettant ainsi la totalité de la puissance fournie par le réseau à disposition des autres charges. Ceci permet une optimisation de la puissance fournie par le réseau, permettant ainsi une réduction des coûts énergétiques.

Bon à savoir

La norme IEC 61000-4- 7 définit les méthodes de mesures des harmoniques.

La norme EN 50160 définit l’ensemble des paramètres à contrôler afin de définir qualité de distribution d’un réseau électrique, notamment en ce qui concerne les perturbations électriques.

Episode 4 : les pics de tension ou surtension

Chaque foyer étant équipé d’appareils électriques, il est essentiel de savoir les protéger afin d’en jouir le plus longtemps possible. Parmi les éléments à surveiller, il y a les pics de tension électrique, également appelée surtension. Cet article vous permettra de connaître les origines d’un tel phénomène ainsi que les appareils les plus fragiles dans un tel cas de figure.

Qu’est-ce qu’un pic de tension électrique ?

Avant toute chose, définissons la tension électrique. Il s’agit de la circulation du champ électrique au sein d’un circuit. Cette tension électrique se mesure en volts. On parle de surtension lorsque la tension à l’entrée d’un appareil est supérieure à la limite prévue pour un fonctionnement adéquat. Il faut également noter que certaines régions sont naturellement soumises à d’importants épisodes orageux, notamment lorsque la période estivale touche à sa fin.

Dans une autre mesure, il peut toutefois arriver qu’un composant électrique équipé de deux bornes reçoive brutalement une tension supérieure à la quantité habituelle et nécessaire. C’est dans un tel cas que l’on parle de pic de tension. Les appareils domestiques étant de nos jours équipés de microprocesseurs sensibles, ces surtensions soudaines peuvent entraîner des dommages irréversibles.

Origines des pics de tension

Il existe deux catégories de facteurs qui peuvent expliquer le pic de tension électrique : les causes internes et les causes externes.

Les facteurs internes : certains appareils ayant la particularité de s’allumer et de s’éteindre périodiquement (ordinateur, réfrigérateur, etc.) créent de petites surtensions. Il peut arriver qu’ils soient à l’origine d’une surtension. Un logement équipé fait l’objet d’une vingtaine de pointes de tension chaque jour.

À ce sujet, malgré leur faible intensité, les surtensions internes détériorent lentement, mais très sûrement les circuits électroniques des appareils électroménagers, dont les microprocesseurs finissent par court-circuiter. Si la surtension peut provenir d’un défaut de construction ou d’une mauvaise utilisation, il ne faut pas non plus s’étonner que certains équipements domestiques arrêtent de fonctionner sans crier gare.

Débranchez les appareils électriques dont vous n’avez pas l’utilisation en permanence

Les facteurs externes : La foudre, les surtensions industrielles ou de manœuvre, les surtensions électrostatiques (ESD), les impulsions électromagnétiques nucléaires (IEMN) forment les facteurs extérieurs qui peuvent être à l’origine de dégâts bien plus graves que ceux liés aux causes internes.

Par mesure de sécurité, il est très fortement conseillé de débrancher les appareils électriques dont vous n’avez pas l’utilisation en permanence (chargeur de téléphone, mixer, grille-pain, robot ménager, etc.). Ce conseil est également valable lorsque le temps est orageux.

Conséquences des pics de tension

Lorsqu’elle est brutale et d’origine externe, la surtension est susceptible de détruire les appareils électriques. Dans les cas les plus extrêmes, les appareils touchés peuvent dégager de la fumée, imploser ou même prendre feu !

Les appareils les plus sensibles à la surtension électrique :

  • Les box internet
  • Les congélateurs
  • Les fours à micro-ondes
  • Les ordinateurs
  • Les réfrigérateurs
  • Les systèmes de son
  • Les systèmes de chauffage
  • Les systèmes de climatisation
  • Les téléviseurs
  • Les téléphones
  • Les thermostats électroniques

Le black-out, qu’est-ce-que c’est?

Un black-out est une panne de courant généralisée qui touche soudainement un grand nombre de consommateurs et peut durer jusqu’à plusieurs jours. Elle peut être la conséquence d’une pénurie s’étant aggravée ou d’un problème technique imprévu.

Quelles sont les causes du black-out?

D’une manière générale, le blackout est engendré par une rupture d’équilibre entre la consommation et la production d’électricité par manque de production (perte/insuffisance) ou manque de capacité de transport (surcharge), avec des problèmes de synchronisme (production), d’écroulements de fréquence ou de tension. Les causes courantes de ces ruptures d’équilibre sont :

  • des accidents/incidents (court-circuits provoqués par une tempête, négligences, malveillances, attentats, etc.)
  • des aléas météorologiques (coups de foudre, tempêtes, gel, inondations, etc.)
  • des déclenchements ou défaillances d’équipements (lignes, centrales, automatismes de protection, etc.)
  • des erreurs humaines (concepts de sécurité inadéquats, prévisions de charge erronées, manque de communication ou de coordination, manque d’expérience, fausses manœuvres, etc.)

Les risques particuliers de blackouts liés à la production et aux réseaux peuvent être un manque de production régionale, un manque d’investissement dans le domaine des réseaux électriques, la volatilité de certaines productions décentralisées d’énergie renouvelable ou des blackouts externes.

Black-out

Les conséquences d’un black-out

L’électricité est le vecteur d’énergie le plus pratique et le plus répandu dans les sociétés modernes. Elle est donc un bien de consommation de première nécessité. De ce fait, les conséquences économiques, sociales et humaines d’un black-out peuvent être extrêmement nombreuses et graves. Elles sont en grande partie immédiates, mais elles entraînent aussi diverses répercussions qui s’aggravent avec le temps.

On peut citer comme exemples de conséquences :

  • extinction des éclairages (routes, tunnels, bâtiments, caves, voies publiques, etc.)
  • arrêts des systèmes de télécommunication (après 2h pour les portables et 4h pour les téléphones fixes) et des systèmes informatiques (blocage des processus, pertes de données, etc.)
  • arrêts des automates et régulations diverses, arrêt des systèmes de protection et sécurité pour les personnes, objets et processus (ex. alarmes incendie, antivols, etc.), avec notamment des risques d’incendie accrus
  • arrêts des feux de circulation (bouchons, accidents, blocage des ambulances, etc.),
  • arrêts des ascenseurs (personnes bloquées dans les ascenseurs, problèmes pour accéder aux étages élevés particulièrement pour les personnes âgées ou handicapées ou avec des enfants en bas âge)
  • arrêts de toutes sortes de machines électriques et de la quasi-totalité des entreprises, sociétés, commerces et services publics (arrêts ou détériorations de processus divers : productions, transactions commerciales, etc.),
  • arrêts des stations de filtration/pompage d’eau potable et d’eau usée (pollution des rivières), et arrêt plus ou moins rapide de la distribution de l’eau
  • arrêts des stations d’essence, des aéroports, etc.
  • arrêts des systèmes de réfrigération / refroidissement (dégradation et pertes des aliments, médicaments et autres produits ou processus) etc.

Mais les conséquences d’un black-out ne se limitent pas à sa durée technique. Il peut y avoir des effets à moyen et long terme, notamment aux niveaux mécanique, physique, chimique, financier, physiologique et psychique.

A quoi sert l’onduleur en cas de black-out ?

Il assure la continuité de fonctionnement des équipements connectés pendant le temps de secours permis par ses batteries (autonomie).

L’onduleur vous prévient lorsqu’il prend le relais du courant, ce qui peut vous permettre, par exemple, de sauvegarder vos données avant l’extinction de votre matériel. L’onduleur peut également être fourni avec un logiciel de fermeture automatique : lors d’une panne de secteur, ce logiciel installé sur l’ordinateur relié à l’onduleur fermera automatiquement tous les programmes après avoir effectué les sauvegardes nécessaires.

 

Les variations de fréquence

De nos jours, l’énergie électrique est nécessaire dans tous les domaines et nous avons besoin d’une énergie constante, c’est-à-dire que la puissance demandée doit tout le temps être égale à la puissance fournie. La stabilité du réseau va être déterminée par deux critères importants : la tension et la fréquence. Dans ce deuxième épisode, nous allons tout vous dire sur les variations de fréquence.

 

Les variations de fréquence, qu’est-ce que c’est ?

La fréquence correspond au nombre de cycles que fait le courant alternatif en une seconde, plus précisément au nombre de fois que va se répéter un phénomène.
Elle est mesurée en Hertz et elle doit être maintenue à une valeur nominale d’environ 50hertz.

 

D’où provient la variation de fréquence ?

Elle peux provenir de plusieurs endroits et à différentes puissances :

  • les petites variations globales et aléatoires autour de 50 Hz dues aux évolutions continues de la consommation
  • les variations globales de fréquence, qui peuvent être provoquées par des variations brutales de production (arrêt inopiné d’une centrale ou avarie sur la ligne de raccordement d’un groupe)
  • les fortes variations locales de fréquence qui surviennent lors d’incidents de type court-circuit.

 

Les causes d’une variation de fréquence

La variation de fréquence est liées à des variations de consommation. Lorsque la consommation augmente, la turbine de l’alternateur ralentit. Cette variation de fréquence n’a en général pas d’effet sur le consommateur car elle dure très peu de temps et est très légère.

Lorsqu’un réseau est dans une situation tendue pour l’équilibre production / consommation, parce que la consommation atteint un niveau exceptionnel, ou à cause d’un parc de production en partie indisponible, une baisse de fréquence peut se produire.
La fréquence chute alors, des groupes se séparent du réseau, accélérant le déséquilibre entre production et consommation, donc la chute de fréquence : c’est l’écroulement de fréquence.

Ce phénomène est très rapide : on constate une baisse de plusieurs Hertz par seconde. L’ensemble du réseau interconnecté se trouve alors dans une situation très critique.

Le seul moyen de faire remonter la fréquence est alors de diminuer rapidement la consommation en ayant recours à du délestage, c’est-à-dire la coupure maîtrisée d’une partie de la consommation.

 

 

Les conséquences d’un variation de fréquence

La fréquence d’un réseau doit être constante pour plusieurs raisons :

  • Pour un bon fonctionnement des moteurs alternatifs (machines à laver, outils, etc.)
  • Pour certains systèmes électroniques où la fréquence est utilisée pour l’horloge
  • Pour les transformateurs qui peuvent ne plus fonctionner si la fréquence est trop différente.

La variation de fréquence va donc affecter les appareils à moteur ou les appareils sensibles ayant besoin d’un cycle permanent régulier du courant dans le temps. Cela peut faire accélérer ou ralentir un moteur, le faire fonctionner de façon inefficace et/ou produire davantage de chaleur et l’abimer.